student sitting on chairs in front of chalkboard

5 grandes tendances 2022 pour les Ă©tudes au Canada

Avez-vous un intĂ©rĂȘt pour les Ă©tudes Ă  l’étranger ? Savez-vous ce qui va se produire en 2022 en termes de grandes tendances concernant les Ă©tudiants Ă©trangers au Canada  ? C’est prĂ©cisĂ©ment ce dont il sera question dans cet article.  AprĂšs l’avoir parcouru de bout en bout, vous aurez des rĂ©ponses Ă  quelques-unes de vos questions. Auriez-vous l’amabilitĂ© de partager l’article ?

1.    Baisse du taux de refus de Permis d’études pour les Ă©tudiants Ă©trangers africains

Si vous avez l’habitude de lire les actualitĂ©s, vous aurez certainement remarquĂ© que 2021 a Ă©tĂ© une de pires annĂ©es en matiĂšre d’octroi de Permis d’études pour les Ă©tudiants Ă©trangers africains. En effet, selon des donnĂ©es du MinistĂšre de l’Immigration, RĂ©fugiĂ©s et CitoyennetĂ©, le taux de refus des Ă©tudiants Ă©trangers de l’AlgĂ©rie s’élevait Ă  85 %. C’est pratiquement la mĂȘme proportion pour les autres pays francophones de l’Afrique centrale et de l’Est : BĂ©nin (88%), RDC 86 %, Congo-Brazzaville (92%), Cameroun 87%. Seul le Maroc tire son Ă©pingle de jeu avec 53 %. D’une part, il existe plusieurs raisons sont Ă  la base de la hausse du taux de refus dudit permis, Ă  savoir : absence de voyages antĂ©rieurs, liens familiaux au Canada et dans votre pays de rĂ©sidence, raison de visite, situation financiĂšre, ressources financiĂšres, provenance lĂ©gitime de fonds, etc. D’autre part, depuis mars 2018, les agents fĂ©dĂ©raux du MinistĂšre de l’immigration utilisent Chinook, un logiciel conçu pour trier et analyser les milliers de demandes de Permis d’études. De l’avis des experts, ce logiciel comporterait plusieurs biais culturels qui dĂ©savantageraient gravement les Ă©tudiants Ă©trangers francophones venant de l’Afrique. Toujours est-il que, avec la nomination d’un nouveau ministre, espĂ©rons que les Ă©tudiants Ă©trangers africains seront traitĂ©s avec Ă©quitĂ© et respect. La deuxiĂšme tendance n’en est pas moins intĂ©ressante, vous verrez.

2.    RĂ©gionalisation accrue des Ă©tudiants Ă©trangers

Les Ă©tudiants Ă©trangers optent de plus en plus pour les rĂ©gions du QuĂ©bec en lieu et place de grands centres urbains comme MontrĂ©al et QuĂ©bec. En effet, selon une Ă©tude rĂ©alisĂ©e en 2021 par la firme Aviseo Conseil sur les retombĂ©es socio-Ă©conomiques des Ă©tudiantes et des Ă©tudiants internationaux pour les cĂ©geps, il s’avĂšre que « leur prĂ©sence dans les cĂ©geps assure le maintien d’une trentaine de programmes d’études dans les diffĂ©rentes rĂ©gions du QuĂ©becsans quoi ces programmes seraient en pĂ©ril. Â». Par ailleurs, environ 63 % de ces Ă©tudiants se situent dans les rĂ©gions du QuĂ©bec hors des grands centres. Donc, il est fort Ă  parier que, dans les prochaines annĂ©es, les rĂ©gions du QuĂ©bec rivaliseront d’audace et de crĂ©ativitĂ© pour attirer et retenir de plus en plus cette clientĂšle. Quelques rĂ©gions sont prĂ©sentement concernĂ©es, Ă  savoir GaspĂ©sie-Îles-de-la-Madeleine, Saguey-Lac-Saint-Jean, CĂŽte-Nord, Bas-Saint-Laurent, Mauricie, MontĂ©rĂ©gie et ChaudiĂšre-Appalaches. En tant qu’étudiant Ă©tranger, vous pouvez bĂ©nĂ©ficier de plusieurs avantages en vous installant dans les rĂ©gions du QuĂ©bec, dont le faible coĂ»t de la vie, la qualitĂ© de vie et de l’environnement, la possibilitĂ© d’occuper des postes de responsabilitĂ©s au sein de PME, ainsi que des bourses d’études. Venons-en Ă  prĂ©sent Ă  la troisiĂšme grande tendance pour les Ă©tudes.

3.    Augmentation de bourses d’études destinĂ©es aux Ă©tudiants Ă©trangers

Dans le but d’attirer et de retenir des Ă©tudiants internationaux dans les rĂ©gions du QuĂ©bec, la FĂ©dĂ©ration des cĂ©geps du QuĂ©bec a mis en place deux bourses d’études, Ă  savoir Programme des exemptions de droits de scolaritĂ© ainsi que le Programme de bourse d’excellence d’une valeur de 14.000 $ doublĂ©e d’une exemption des droits de scolaritĂ© supplĂ©mentaire ainsi qu’un protection d’assurance maladie. Ce programme de bourse d’excellence est divisĂ© en deux volets dont Programme de bourses d’excellence pour les Ă©tudiants internationaux au niveau collĂ©gial – PrioritĂ© rĂ©gionale ainsi que Programme de bourses d’excellence pour les Ă©tudiants internationaux dans les cĂ©geps en rĂ©gion – PrioritĂ© Afrique Francophone. Dans les deux cas de bourses d’excellence, il faut prĂ©senter un excellent dossier scolaire et concernent les formations collĂ©giales techniques. C’est le cĂ©gep ou collĂšge privĂ© qui transmet Ă  ladite FĂ©dĂ©ration votre dossier de candidature. Dans la mĂȘme veine, il existe aussi deux types de bourses qui sont octroyĂ©es au niveau de formation professionnelle par QuĂ©bec mĂ©tiers d’avenir et dont la valeur peut ĂȘtre comprise entre 14 000 $ et 26 600 $, selon la durĂ©e de la formation. Il s’agit de nouveau de Bourses d’excellence et Bourse d’exemption des droits de scolaritĂ©. Pour y participer, certaines conditions s’appliquent dont le fait de vouloir Ă©tudier dans l’une des 10 rĂ©gions suivantes du QuĂ©bec : Bas-Saint-Laurent, Saguenay-Lac -Saint -Jean, Mauricie, Estrie, Abitibi-TĂ©miscamingue, CĂŽte-Nord, Nord-du-QuĂ©bec, GaspĂ©sie-Îles -de-la-Madeleine, ChaudiĂšre-Appalaches et Centre-du-QuĂ©bec, ainsi que disposer des capacitĂ©s financiĂšres comprises entre 3000 et 15.000 $. Heureusement qu’il commence Ă  avoir une plus grande ouverture de la part de certains Ă©tablissement d’enseignement.

4.    Offre Ă©largie de formations au sein des Ă©tablissements d’enseignement

À dire vrai, presque tous les Ă©tablissement d’enseignement dĂ©signĂ©s entendent rĂ©pondre aux enjeux du 21Ăšme siĂšcle dont la pĂ©nurie de main-d’Ɠuvre dans des secteurs stratĂ©giques, tels que l’AĂ©ronautique et l’Intelligence artificielle. Pour relever ces dĂ©fis, ces Ă©tablissements doivent augmenter les inscriptions dans certains programmes, contrer la baisse dĂ©mographique locale et se positionner Ă  l’international en termes de dĂ©veloppement de la science et de la recherche. Pour ce faire, ils comptent sur la prĂ©sence des Ă©tudiants internationaux en leur sein. Dans l’étude de la firme Aviseo Conseil, on remarque que certains cĂ©geps Ă©largissent de plus en plus leur offre de programmes  aux Ă©tudiants internationaux. C’est le cas du CĂ©gep de Saint-FĂ©licien oĂč 50 % de ses effectifs en Technologie de la transformation des produits forestiers sont des Ă©tudiants internationaux. Pour le CĂ©gep de Limoilou, c’est 45 % pour le programme Arts du cirque; 42 % pour le CĂ©gep de Baie-Comeau pour le programme Techniques d’amĂ©nagement cynĂ©gĂ©tique et halieutique. Quant au CĂ©gep de Thetford, c’est 17 % pour son programme de Techniques de gĂ©nie du plastique. Par ailleurs, les Ă©tudiants internationaux comptent pour 4,1 % de l’effectif inscrit Ă  un programme technique menant aux top 10 des professions en dĂ©ficit au QuĂ©bec. C’est le cas de Techniques en gĂ©nie civil, gĂ©nie mĂ©canique, rĂ©seau informatique, soins prĂ©hospitaliers d’urgence pour ne citer que celles-lĂ . La tendance va s’accĂ©lĂ©rer durant les trois prochaines annĂ©es au vu des besoins des rĂ©gions sur tous les plans.

5.    AccĂ©lĂ©ration de la digitalisation des programmes d’études

S’il y a une leçon que les Ă©tablissements d’enseignements dĂ©signĂ©s ont tirĂ© de la pandĂ©mie, c’est la nĂ©cessitĂ© d’accĂ©lĂ©rer et de digitaliser leurs programmes de formation afin de demeurer compĂ©titifs. Ceci rĂ©pond au vƓu formulĂ© par le gouvernement de Philippe Couillard dans son Plan d’action numĂ©rique lancĂ© le 13 dĂ©cembre 2017 oĂč il est mentionnĂ© que : « Les Ă©tablissements d’enseignement supĂ©rieur s’adaptent aux besoins et aux possibilitĂ©s engendrĂ©s par la rĂ©volution numĂ©rique, tant sur le plan du dĂ©veloppement des compĂ©tences que sur celui de la recherche et de la crĂ©ation des savoirs, et ce, dans des domaines complexes, mais stimulants comme la sĂ©curitĂ© de l’information, l’Internet des objets, l’intelligence artificielle ou les donnĂ©es massives. Â» (P.19)[1]Un budget de plus d’un milliard de dollars Ă©tait allouĂ© pour la mise en Ɠuvre du plan d’action numĂ©rique en Ă©ducation et en enseignement supĂ©rieur Ă  l’horizon 2018-2023.

Par le temps qui courent, le nombre de programmes maintenant offerts Ă  distance soit en partie soit en totalitĂ© ont considĂ©rablement augmentĂ©, ce qui reprĂ©sente une opportunitĂ© pour de nombreux Ă©tudiants Ă©trangers qui souhaitent obtenir un diplĂŽme canadien Ă  partir de leurs pays d’origine. D’ailleurs, la tendance n’est pas prĂȘte Ă  s’estomper, puisque les domaines complexes, mais stimulants comme la sĂ©curitĂ© de l’information, l’Internet des objets, l’intelligence artificielle ou les donnĂ©es massives intĂ©ressent de plus en plus des chercheurs et des Ă©tablissements d’enseignement. En tĂ©moignent Â« laboratoires de soins infirmiers Ă©quipĂ©s de mannequins haute-fidĂ©litĂ©, modĂ©lisations mathĂ©matiques par ordinateur, simulations informatiques en physique, salles d’apprentissage actif, formation Ă  distance, classes de tĂ©lĂ©enseignement et environnements numĂ©riques favorisant le travail collaboratif entre pairs. Ce ne sont que quelques exemples d’initiatives numĂ©riques qui ont cours dans les collĂšges et les universitĂ©s depuis un certain nombre d’annĂ©es. Â» (p.19)

À tout prendre, vous avez entre vos mains toutes les informations pour planifier en consĂ©quence votre projet d’études au Canada en fonction des tendances du moment et du futur. Si jamais vous avez besoin d’aide pour surmonter les obstacles inhĂ©rents Ă  l’octroi du Permis d’études, au choix d’une rĂ©gion en particulier oĂč s’établir, aux conditions d’admissibilitĂ© aux bourses d’études ou encore au choix d’un programme de formation qui vous correspond rĂ©ellement, Ă©crivez-nous sur support@etudy.ca, et vous recevrez le soutien nĂ©cessaire dont vous avez besoin.

Merci de partager cet article dans votre réseau de contacts professionnels !


[1] Plan d’action numĂ©rique en Ă©ducation et en enseignement supĂ©rieur. Gouvernement du QuĂ©bec, 2018

Vous aimez discuter ?

Et bien, nous aussi

Ety V2.22.1.0