fbpx
man in gray dress shirt holding white paper

NOUVEL ÉTUDIANT ÉTRANGER: VOICI 4 PHASES QUE VOUS TRAVERSEREZ POUR S’INTÉGRER AU QUÉBEC

Bienvenue au Québec ! Comment vous sentez-vous déjà ? Joyeux, heureux, enthousiaste, fébrile ? C’est normal de vous sentir bien dans votre peau. Cependant, sachez que tout n’est pas rose comme vous vous l’imaginez. Dans cet article, vous découvrirez les 5 phases par lesquelles vous allez passer pour bien vous intégrer dans la Belle Province.

  1. Phase de lune de miel

Dès votre descente de l’aéroport, tout vous paraît beau, n’est-ce pas ? La chaleur de l’été, les fleurs de l’automne, l’ambiance dans les rues, les gratte-ciels à couper le souffle ( Montréal), l’ordre et la discipline. C’est assurément ce à quoi vous rêviez depuis fort longtemps. Sont au rendez-vous enthousiasme, attitude positive, énergie, excitation et fascination. Il va sans dire que le Québec est un des plus beaux endroits au monde. Une province incontestablement d’opportunités. Toutefois, tout n’est pas rose, pour autant. En effet, attendez-vous à vivre aussi une crise sur bien des plans. Nous préférons vous en aviser à l’avance.

2. Phase de crise

Quelques semaines plus tard, vous allez vivre un véritable choc culturel. En effet, vous vous rendrez compte que vous avez du mal à être compris, puisque vous avez un accent différent. On vous demandera parois de répéter certaines choses. N’en soyez pas offusqué. De même, vous comprendrez à peine ce que diront vos collègues et professeurs québécois en classe. À ce propos, une amie nous disait que, avant de quitter la Côte d’Ivoire, elle ne savait pas qu’elle avait un accent. C’est en arrivant au Québec qu’elle pu s’en rendre compte.

En termes de relations, il vaut mieux que vous sachez que les Québécois sont individualistes. Autrement dit, ils se concentrent plus sur eux-mêmes que sur les autres. C’est ce qui explique le fait qu’ils peuvent vous ignorer, ne pas vous saluer, éviter de vous demander quelque chose, etc. C’est normal, c’est leur culture. Attention: tout le monde n’est pas comme cela. Il y a bien évidemment des exceptions.

Dans la même veine, gare à vous si un ami québécois vous invite au restaurant. C’est vous qui allez payer l’addition, et prévoyez un 2 ou 5 $ de pourboire pour le serveur. C’est de bon ton. Ne venez pas nous dire que vous ne le saviez pas.

De plus, il est possible que le collègue, avec qui vous vous asseyez côte à côte en classe, vous ignore complétement à la pause ou au sortir de classe. À dire vrai, ce n’est pas parce que vous rigolez ensemble que vous êtes automatiquement amis. Loin s’en faut.

Par ailleurs, le Québec est un pays laïc. Par conséquent, toutes vos discussions autour de la foi et de la politique sont à éviter. Si vous désirez en savoir plus à ce sujet, lisez sur l’histoire du Québec, notamment la Révolution Tranquille des années 60. Vous y trouverez toutes les réponses au sujet du désintérêt par rapport à la foi chrétienne.

Vous êtes déjà choqué de tout ce que vous venez de lire ? Un homme averti en vaut deux, n’est-ce pas ? Faute de ces informations, beaucoup de ceux qui vous ont précédé sont tombés dans la déprime, avaient le désir de repartir chez eux, ou encore se sont livrés à des critiques acerbes contre les Québec. Comprenez ce que nous disons: ces derniers ont leur manière de fonctionner. C’est à vous de s’y adapter.

En passant, si vous voyez deux personnes du même sexe s’embrasser dans la rue, ça s’appelle de la liberté sexuelle. Vous allez être certes choqué, en colère et indigné, mais après vous vous habituerez.

Sur le plan des études, vous allez remarquer que le rythme des études est très soutenu. Vous vous sentirez un peu perdu au début. C’est tout à fait normal. Un détail supplémentaire à connaître: les professeurs sont des coachs. En tant que tels, ils sont là pour vous montrer le chemin à suivre, mais c’est à vous de parcours la distance et d’arriver à destination. Parlons maintenant de la troisième phase.

3. Phase de récupération :

Après le choc, il faut passer à autre chose. Entre nous soit dit: avez-vous vraiment le désir de retourner tout de suite chez-vous ? Pas vraiment. Auquel cas, vous devez accepter certaines choses que vous ne pouvez pas changer. Pourquoi ne pas prendre le temps de jouir de la vie, de rire et de partager les côtés positifs du Québec. Soyez moins sévère envers nous-même et vis-à-vis des autres. En somme, récupérez votre souffle.

4. Phase d’ajustement et d’intégration

Maintenant que vous avez mis un peu d’eau culturelle dans votre verre de vin québécois, il est temps de vous adapter aux modes de pensées et aux façons d’agir d’ici. La phase d’ajustement va certes vous prendre beaucoup de temps, mais c’est sera bénéfique pour votre intégration.

En tant que nouvel étudiant étranger, vous avez encore beaucoup de choses à apprendre. Prenez le temps de lire sur les Québec, de vous familiariser avec leur accent et de tisser des liens avec ceux et celles qui vous tendent la main d’association. Vous serez surpris de constater qu’il y a beaucoup de très bonnes personnes.

Vous en donnerez les nouvelles.

Équipe Etudy

Cart
  • No products in the cart.